Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

05/06/2012

Sécurité :pour améliorer notre vie : du concret, de l’efficacité et pas d’angélisme


La lutte contre l'insécurité, préoccupation de tous les élus et de tous les citoyens, nécessite une réponse globale. « Il n'existe pas de lutte efficace contre l'insécurité sans politiques publiques de solidarité, de développement économique, d'insertion et d'emploi, d'habitat et de transports, d'éducation et de culture ».

Systématiquement on prend les symptômes pour la cause alors qu’ils sont la conséquence : les problèmes d’insécurité en banlieue découlent d’autres problèmes systémiques, les problèmes d’emploi, d’échec scolaire, de discriminations, d’absence de représentation politique...

 

La sécurité et les violences sont les conséquences de  «  l’échec politique ». Le PRG en est conscient.

 

Il est cependant vital de traiter « ces conséquences » qui aggravent la condition des couches paupérisées et faibles qui en arrivent à se désespérer, avec les conséquences politiques que cela engendre.

 

La sécurité doit être le résultat d'une coproduction, notamment entre l'Etat et les collectivités locales.

Un diagnostic territorial de la sécurité et de la tranquillité doit définir les outils capables de répondre à chaque situation, commune par commune, quartier par quartier, parmi eux le recours à la police nationale et municipale, la Gendarmerie, le réaménagement urbain.

Il paraît urgent de réinstaller une « une vraie police de proximité moderne » en évitant les dérives qui ont conduit à la critiquer ou à la supprimer, le Policier, au sens large n’est pas un assistant social ni un entraineur sportif, ni un intermittent du spectacle…. ;

La tolérance zéro doit être la règle et la moindre incivilité doit être sanctionnée au premier acte, même si l’enfermement ne doit pas être systématique notamment en ce qui concerne les mineurs et les infractions peu graves. Dans ce cas la création de centres fermés parait une solution envisageable pour éviter une promiscuité corruptive avec le milieu carcéral actuel.

En revanche il n’est plus acceptable de voir un grand nombre de peines prononcées et non appliquées (c’est le cas actuellement).

C’est dans cet esprit que nous devons lutter pour une meilleure organisation de la Justice, en termes de moyens ou de restructuration car cette organisation est évidemment directement liée aux politiques de sécurité.

La France souffre d'une insuffisance de réflexion stratégique sur la sécurité publique : S’ils est urgent de mettre en œuvre des réformes sur l’école, la fiscalité et l’emploi, nul doute qu’une grande réforme doit être engagée en matière de sécurité publique, notamment sur le plan structurel en bouleversant peut être le schéma actuel empreint de réelles insuffisances . Réforme qui ne nécessiterait pas obligatoirement de nouvelles dépenses dispendieuses.

 

En la matière, c’est dans ce sens que le PRG, dans la majorité présidentielle, veut faire entendre sa parole à l’Assemblée Nationale.

Les commentaires sont fermés.